Je partageais hier sur Facebook le lien d’un article intitulé « Comment Hachette force les libraires à proposer les livres de Guillaume Musso », et force est de constater aujourd’hui que la gangrène a atteint presque toutes les strates de la culture et de l’information.

Si certains médias ont clairement une orientation politique connue, ils savent néanmoins faire preuve d’éthique et de pluralité là où d’autres ne s’embarrassent même plus de ce genre de détail. L’information culturelle n’échappe pas à ce phénomène.

Si pour certains il peut paraître incongru d’associer culture et politique, je fais partie de ceux qui pensent qu’ils sont étroitement liés. L’histoire nous montre que les pouvoirs ont trop souvent voulu contrôler l’information et les artistes (parmi tant d’autres choses…). De plus au XXe siècle, la culture est devenue une industrie avec les enjeux financiers qui vont avec.

Rapetisser les esprits, étriquer la pensée, pécher par omission, orienter l’information, manquer de rigueur… seraient-ils devenus la norme ?

Pour les prochaines élections je vous propose d’élire des poètes afin de redonner un peu de couleur, de bonheur, de justice à une société qui est devenue bien morne et triste.

En attendant, je vous invite tous le samedi 6 avril à la librairie Tapuscrits à rencontrer le poète Marcel Camill’ dont le manuscrit de poésie « ÉCRITS NOIRS… ENCRE ROUGE » vient d’être récompensé du Prix Aimé Césaire 2018 par la Société des Poètes Français à Paris.

L’occasion de discuter avec l’auteur, de découvrir et vous procurer son dernier ouvrage.

Un goûter est prévu en fin d’après-midi (17H) pour clôturer la journée de dédicaces.

De 15 h à 18 h
7 rue Raoux
34000 Montpellier

Catégories : Blog