Après une enfance normale – cris -, une adolescence, euh…, normale – crises -, une arrivée dans la vie adulte et professionnelle, hummm…, voyons, comment dire… normale – esclave, cris de rage -, je suis entré de plein pied dans ce qu’on appelle avec pas mal d’hypocrisie la force de l’âge, la soi-disant « maturité » de l’esprit, aux conséquences qu’on pourrait qualifier de…, c’est-à-dire, euhhh… normales : crise, dépression, folie, arrachage de cheveux, haine des miroirs, et j’en passe.

Alors je me suis mis à écrire (plus sérieusement qu’avant), histoire d’essayer de me tirer de ce mauvais pas.

Et voilà.

Bon, je suis désolé, j’ai raconté un peu n’importe quoi. Mettez-vous à ma place, aussi, pas facile d’écrire quelque chose sur soi qui vaille un peu la peine.

La partie de cartes